Perte de cheveux chez la femme : Lorsqu’on est atteint d’Alopécie androgénétique !

Je dois bien avouer que bien que cet article me tenait particulièrement à coeur, je redoutais également de l’écrire. En effet il me touche personnellement et cela est devenu en presque 10 ans mon complexe.

Je vous ai déjà évoqué le sujet de la perte de cheveux chez la femme à travers deux articles vous montrant d’une part les causes de ce phénomène et d’autre part les solutions adaptées aux pertes légères et saisonnières.

Aujourd’hui je vais vous exposer en détail ce mal dont je souffre. Il s’agit de l’alopécie androgénétique. Contrairement à ce que l’on pourrait penser cette maladie touche aussi bien les hommes que les femmes. Elle n’est cependant pas perçue de la même manière chez les deux sexes. Si une calvitie n’a rien de choquant chez un homme, cela est très différent pour les femmes… Il y a donc un coté psychologique important à prendre en compte au delà de l’aspect esthétique…


NB : Cet article s’inscrit dans une série d’article rédigés sur la perte de cheveux dont je souffre. J’ai prévu toute une série dont le sommaire viendra se mettre à jour ici même au fur et à mesure que j’écrirais sur le sujet :

SOMMAIRE série d’articles Alopécie :

  1. Pour commencer : Causes & solutions de la perte de cheveux chez la femme !
  2. Lorsqu’on est atteint d’Alopécie androgénétique ! (cet article)
  3. Comment continuer à aller chez le coiffeur & se coiffer lorsqu’on perd ses cheveux
  4. Extensions micro rings : Le remède efficace contre la perte de cheveux ? (cet article est également le premier d’une nouvelle série dédiée aux extensions)
  5. Quels soins utiliser lorsqu’on perd ses cheveux ? Des soins naturels ! Les miens :
    1. Les soins naturels Leonor Greyl ont véritablement sauvé mes cheveux !
    2. Respectez la beauté de vos cheveux en leur offrant des soins naturels !
  6. Stop Hair Shaming : Soyez fière d’être une femme quelque soit votre chevelure !
  7. L’alopécie androgénétique : La pression sociale & l’aspect psycho avec le témoignage d’une personne célèbre sur ce mal dont on ne parle pas… (à venir)
  8. Mon expérience avec Androcur pour lutter contre l’alopécie androgénétique + témoignages (à venir)
  9. L’impact des pilules contraceptives sur la perte de cheveux !
  10. Les injections PRP : Est ce une solution contre l’alopécie androgénétique ? …

Si je me suis enfin décidée à écrire cet article c’est pour deux raisons :

  • Je vais rendre mon site plus personnel malgré mes peurs pour tenter l’expérience du blogging réellement même si cela m’effraie.
  • Aujourd’hui est la journée nationale contre la chute de cheveux alors c’était le moment ou jamais de vous raconter mon expérience.

Mon expérience progressive de la perte de cheveux dés la vingtaine !

Selon les idées reçues les personnes touchées par la chute de cheveux sont d’une part les hommes et généralement lorsqu’ils atteignent un certain âge (bien qu’il y ai de plus en plus d’exceptions concernant ce deuxième critère)

Il se trouve cependant que j’ai été atteinte d’une importante perte de cheveux en étant une femme et ce dés la vingtaine. Cela m’a pour le moins surprise et je ne m’y attendait vraiment pas. Cela a d’ailleurs déterminé mon parcours hasardeux pour me guérir.

En effet lorsqu’on a la vingtaine, qu’on est une femme et que l’on perd ses cheveux, on ne sait pas vraiment quoi faire. Cependant personne ne se montre alarmant autour de nous minimisant le problème. On nous invite même à faire des cures de levures de bière et que le problème disparaitra comme il est venu…

Cette peut s’avérer adéquat si on souffre uniquement d’une chute de cheveux saisonnière mais pas lorsqu’on a déjà perdu les 3/4 de sa chevelure ce qui était malheureusement mon cas… Voici donc mon parcours résumé en quelques points :

Mon parcours dans ma recherche de solution à ma perte de cheveux ! 

  1. J’ai testé tous les traitement possibles et inimaginables disponibles en pharmacie de la levure de bière au placenta végétal en passant par la Cystine B6 ou le Forcapil et même l’huile de ricin. Tout cela ne vous dit rien ? Il s’agit pour la plupart simplement de compléments alimentaires majoritairement composés de vitamines aidant à la repousse des cheveux :
    • Cela a été totalement inefficace sur moi !
    • J’ai aussi essayé le Minoxidil 5% et si les résultats furent minimes, mes cheveux étaient devenus gras en permanence ce qui me dégoutait. 
    • J’ai commencé à dépenser pas mal d’argent mais ce n’était encore rien…
    • Ces solutions peuvent cependant être efficaces pour une chute saisonnière
  2. Je me suis alors rendue au Centre Clauderer à Paris et ce fût véritablement la pire expérience que j’ai vécu ayant rapport avec cette chute de cheveux :
    • Ils ont effectué un « diagnostic » de mes cheveux mais ce n’est pas du tout un médecin qui la pratique autrement dit ce n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux soit disant scientifique. Ils sauront juste vous dire que vous avez subit une perte de cheveux et que vos cheveux sont très fins (je le savais déjà)
    • Ils m’ont prescrit un traitement de longue durée à effectuer chez soi sur une période de 3 mois coutant la somme folle de 600€ environ !
    • Le traitement prescrit se constituait uniquement d’un masque à faire poser ainsi que de shampoings et crèmes. Le masque était épais, sentait mauvais et tachait les vêtements. Tandis que les crèmes étaient des soins basiques…
    • Après 3 mois d’efforts d’application consciencieuse des produits je n’ai eu aucun effet, pas le moindre. Leur seule réponse ? Il faudrait peut être recommencer encore 3 mois ! Pardon ? Encore dépenser 600€ pour aucun effet visible ? Non merci. J’ai été dégoutée et dépitée de cette expérience. 
    • Ils indiquent pourtant sur leur site pouvoir traiter l’alopécie androgénétique
  3. Cela faisait déjà plusieurs années que j’essayais toutes sortes de « traitement » dont beaucoup à base poudre de perlimpinpin autant dire totalement inutiles… 

Mon alopécie androgénétique et mon parcours chez les médecins !

  1. Je décida donc d’aller voir un dermatologue. Si j’avais su j’y serais allée bien plus tôt.
    • Si vous êtes de Paris je peux d’ailleurs vous recommander une dermato à Paris qui est on ne peux plus compétente dans sa spécialité. 
    • Ce fût la première personne à soupçonner l’alopécie androgénétique
    • Elle m’invita à aller faire un trichogramme à l’hôpital Saint Louis au Centre Sabouraud qui est le seul centre médical spécialisé dans la perte de cheveux en France. J’ai mis environ un an à obtenir un rendez vous.
  2. A l’approche de mon rendez vous à ce centre je pensais enfin en avoir fini avec cette perte de cheveux si douloureuse à vivre mais ce n’était que le début d’une histoire :
    • J’ai patienté longtemps le jour J (environ 2h en salle d’attente)
    • On m’a alors effectué un trichogramme qui est un examen poussé du cuir chevelu pour déterminer l’origine de votre perte de cheveux
    • Le résultat était sans appel j’étais bien atteinte d’alopécie androgénétique
    • Mon second entretien avec le médecin ne fût guère enthousiasmant. Elle me répéta que dans mon cas il n’y avait aucun doute possible, il s’agissait bien de l’alopécie androgénétique. 
    • Je lui ai alors demandé quel traitement il fallait que je prenne pour récupérer (enfin) mes cheveux. Elle m’a répondu sans aucune empathie que j’allais perdre tous mes cheveux et qu’il n’y avait pas grand chose à faire… 
    • Autant vous dire que j’ai été alors effondré m’imaginant chauve à la trentaine
  3. Seulement un petit espoir est né… Mes résultats avaient été transmis automatiquement à ma chère dermatologue… (c’est toujours le cas lorsqu’un docteur vous recommande à un spécialiste ou demande des examens) 
    • Je me rappelle quand mon téléphone sonna et que je vis le nom de ma dermatologue s’afficher je n’ai même pas eu le courage de décrocher
    • Celle ci m’a cependant laissé un long message m’indiquant qu’il y avait un médicament permettant de ralentir la chute et de regagner environ 15% de ma masse perdue. Il s’agissait d’Androcur.

Vivre avec l’alopécie androgénétique au quotidien !

Je vous évoquerais mon traitement avec ce médicament lors d’un prochain article car je me rends compte que j’ai déjà écrit énormément aujourd’hui. Qui plus est ce médicament mérite bien un article à lui tout seul car il suscite bien la polémique. Il a également changé ma vie à travers des points positifs mais aussi négatifs…

J’évoquerais aussi tout l’impact psychologique qu’a pu provoquer cette perte de cheveux. Ce ne fût pas anodin bien que cela soit minimisé par l’entourage. Si j’ai fait cette série d’articles détaillés c’est parce que j’aurais aimé il y a des années trouver ce genre d’articles sur la toile. Cela m’aurait beaucoup aidé dans mon parcours. Ma perte aurait été moins lourde aujourd’hui. Ainsi si je peux aider une jeune femme souffrant des mêmes maux j’en serais vraiment heureuse car je sais à quel point cela est difficile à vivre…

Chloe

Fondatrice

Cette photo a marqué le début de ma passion pour la mode. C'est le jour où j'ai compris que la mode pouvait réellement changer beaucoup de choses... Des années plus tard, j'ai créé mon premier blog mode puis ce webzine mode & lifestyle.

42 Commentaires
  1. Bonjour Chloé, bravo pour votre article, comme vous le dite à la fin de celui-ci vous espèrez pouvoir aider certaines femmes dans le même cas, je voulais savoir si nous pouvions rentrer en contact afin d’en discuter ? ( je suis également concernée par le problème) merci

  2. Merci Chloé pour cet article très complet qui reflète parfaitement le parcours finalement similaire de nombreuses femmes souffrant de ce mal. C’est un sentiment de solitude et de souffrance psychologique qui parfois vous assomme. Je perds mes cheveux depuis 20 ans et j’en ai 44. 20 ans que j’en souffre. J’ai perdu ma jolie chevelure bouclée, enviée de tous. Aujourd’hui j’ai une chevelure très amincie, un peu « filasse ». Après un parcours identique (et je passe les meilleurs moments de ce feuilleton dans lequel le personnage principal se trouve dans un espèce de désespoir sans fond, prêt à tout essayer pour comprendre et enrayer le mécanisme), je ne lutte plus. Je me contente désormais de quelques compléments alimentaires pour nourrir les cheveux fins qui repoussent et de prendre soi de moi autrement. Oui, j’ai des gros moments de désespoir. Oui, une part de mon identité et de ma féminité s’ en est allée. Oui, il y a un deuil à faire ainsi qu’un travail d’acceptation de soi. La difficulté est que l’image de soi ne cessera jamais d’evoluer et que cela demande constamment un effort d’adaptation, du courage, de l’humilité. Mais chaque être change et changera. Rien ne dure et pour personne. Et la chevelure ne fait pas tout ! Et il existe de nombreuses façons de se mettre en valeur et de conserver sa féminité : prendre soin de soin, se faire plaisir, un joli maquillage, des boucles d’oreille sympa, un top canon, une vernis tendance, des escarpins plutôt sexy, mais le plus important : garder son sourire et sa joie de vivre. Continuer de s’aimer et d’affirmer sa personnalité. C’est, je crois, ce que vous faites parfaitement Chloé. Nous ne nous résumons pas à une chevelure mais à ce que nous dégageons. Et j’aime votre blog, la générosité et sincérité de votre partage. Alors maintenant, dès que j’ai le spleen, hop, hop ! je repense à votre parcours et me sens moins seule. Ça me donne du courage. Merci pour votre démarche Chloé.

    1. Bonjour Aube,

      Je suis sincèrement très touchée de votre message. Au fil du temps vous êtes de plus en plus nombreuses à m’écrire en commentaires et surtout par mail à la suite de cet article. Cela me conforte dans l’idée que j’ai bien fait de l’écrire. Si je l’ai fait c’est parce que j’aurais aimé le trouver il y 9 ans lorsque j’ai subitement perdu mes cheveux mais il y avait malheureusement peu d’informations sur le sujet en ligne à l’époque surtout pour les femmes…
      Je comprends votre malaise car je l’ai ressenti moi aussi et c’est toujours le cas. Cela aide de savoir que nous ne sommes pas seules à vivre cela.
      Votre façon de voir les choses est très positive et je vous encourage à répandre cette bonne parole si je puis dire à d’autres femmes qui souffrent aussi de ce mal méconnu si vous en croisez vous aussi.
      J’ai pri la parole sur mon site bien que cela soit un peu en dehors des sujets que j’aborde habituellement parce que j’estimais qu’il était important que quelqu’un le fasse. Je vais donc continuer ma série d’articles en vous racontant ma propre expérience et comment je surmonte tout cela avec vos encouragements qui me vont droit au coeur !
      Encore merci à vous ! Je vous souhaite une belle journée !

  3. Bonjour et merci pour cet article que je cherchais depuis longtemps. Je souffre d’alopécie androgénique depuis 5 ans maintenant et je n’ai toujours pas fait le deuil de ma belle chevelure d’avant. Je n’accepte pas, je ne comprends pas pourquoi cela m’arrive. Je me replie sur moi même, refusant de cotoyer mes amis car je me sens diminuée. J’ai honte, j’ai l’impression que tout le monde ne voit plus que çà. Je souffre, je souffre énormément et mon parcours médical ne me rassure pas. J’ai vu plusieurs professionnels, clairement tout le monde s’en fout et aucun ne me donne de solution. On me demande d’accepter simplement. Mais je n’y arrive pas…

    1. Bonjour à merci à toi pour ce message ! Vous êtes de plus en plus nombreuses à m’écrire suite à mon article que ce soit ici en commentaires ou par mail pour celles qui n’osent pas s’exprimer publiquement (ce que je comprends parfaitement)
      Ce problème touche de plus en plus de jeunes femmes et nous devons nous faire entendre et surtout signifier à notre entourage que non ce n’est pas rien (moi aussi j’y ai eu droit) et que cela touche à notre féminité à part entière ainsi qu’à la confiance en soi en ricochet.
      Je vous rassure il y a des solutions ! Je suis d’ailleurs en train d’en tester une (amovible) & j’ai hâte de revenir vers vous pour vous donner le résultat ! Merci encore pour vos mots qui me touchent sincèrement !

  4. Bonjour et merci pour cet article! Je m’y retrouve complètement, je perd mes cheveux depuis quelques années et je n’ai que 38 ans. Cette perte s’est accentuée après mes 2 grossesses. Ma mère a connu ça aussi et après des années de traitement elle n’a jamais récupéré ses cheveux. Mes frères (5 frères) sont devenus chauves vers 20 ans, tout comme mon père au même âge… bref je n’ai pas encore vu de dermato specialisé mais je ne me leurre pas beaucoup sur le verdict!
    J’ai dépensé une somme folle en produits et autres gelules, j’ai investi dans des perruques, des poudres capillaires… c’est un véritable complexe chez moi et personne n’a l’air de me comprendre (y compris mon médecin traitant qui m’a pourtant connu abec plus de cheveux).
    Je ne fait plus de brushing, je n’ose plus me coiffer car perdre tous ces cheveux est devenu une véritable souffrance.
    J’ai voulu prendre rdv avec un dermato mais j’habite Lille et je n’en connais pas de specialisé dans ce domaine…

    En tout cas savoir qu’on est pas seule ça aide beaucoup alors encore merci!

    1. Bonjour & merci pour votre retour ! Vous êtes de plus en plus nombreuses à m’écrire que ce soit ici en commentaires ou via mail.
      Effectivement vous n’êtes pas la seule ! Je vous le confirme ! Seulement avant on osait pas en parler car chez les femmes cela semble bizarre contrairement à l’homme. On ne le vit aussi beaucoup plus mal car les cheveux touchent directement à la féminité.
      Il ne faut pas hésiter à prendre rendez vous avec un dermato ! Bien évidemment le centre Saboureau est le seul qui soit spécialisé en France dans ce domaine (aux dernières nouvelles) mais cela vaut le coup de prendre rendez vous !
      En effet tout le monde n’est pas atteint d’alopécie andro génétique et parfois le problème est tout à fait résolvable avec un traitement approprié. Du coup je vous invite vraiment à faire cette démarche.
      De plus même si c’est ce que vous avez mon traitement m’a tout de même un peu aidée (à limiter la casse si je puis dire…)
      Devant beaucoup de réactions sur ma série d’article sur la perte de cheveux, je publierais un nouvel épisode courant août !

  5. J ai 34 ans et suis également touché par ce problème depuis 4ans. Je me retrouve totalement dans tous ces témoignages ; incompréhension de l entourage, isolement , perte de confiance en soi, désespoir …. j ai tout essayé comme traitement : minoxidil, mésothérapie, pillule contraceptive… rien y fait. Avez vous entendu parler du prp (plasma riche en plaquette) ? J ai entendu parler de l androcur mais ça me fait un peu peur not moment sur les conséquences au long terme? J ai deux enfants et parfois plus le goût de rien, cette alopécie me pourrie la vie!!! Puis je avoir tes coordonnées pour pouvoir échanger avec toi en privé ? Merci

    1. Bonjour Anouk,
      Je suis contente que mon article vous ai aidé. Effectivement nous sommes beaucoup à ressentir cela dû à cette perte de cheveux.
      J’ai entendu parlé de plasma mais de façon un peu floue, je vais me renseigner…
      Pour l’Androcur je vais faire un article à la rentrée pour parler de mon expérience en détail.
      Vous pouvez me joindre par mail à chloe@chloefashionlifestyle.com
      Bon courage & à bientôt !

  6. Coucou. Je vis la meme chose. Alors que je t’ecris je pleure toutes les larmes de mon corps apres avoir laver mes cheveux. Je nen peux plus. Personne ne peut nous aider

    1. Je te comprends. Il faut cependant essayer de ne pas trop y penser. Penser aussi aux solutions de comblage (comme les poudres ou même du fard à paupières de la même couleur que tes cheveux) c’est simple et peu couteux mais cela camoufle déjà un peu… Après personnellement je m’attache toujours les cheveux pour ne pas le montrer… Chacun ses astuces ! Courage !

  7. Bonjour je me suis reconnue en tout point sur votre article et j ai effectué le même parcours j’ai également pris de l’androcur pendant 3 ans… et j’en suis aujourd’hui toujours au même point… de plus, je viens de lire ce matin un article sur l’androcur et ce médicament fait de gros dégâts sur le cerveau!!!

    1. Bonjour ! Oui malheureusement nous sommes de plus en plus à souffrir de l’AAG.
      Moi l’androcur a tout de même stoppé ma chute et permit de regagner 15% de ma masse.
      Je vais prochainement consacrer un article spécialement sur ce médicament.
      Par contre attention Androcur ne cause pas de dégâts au cerveau, il peut causer dans des cas très rares des méningiomes au cerveau mais cela reste très rares. Il faut prendre les choses avec précaution et ne pas s’alarmer trop vite…

    1. Bonjour Marine,
      Tout d’abord te souhaite vraiment du courage de tout mon coeur je sais que cela n’est pas évident tous les jours car je suis comme toi…
      Je vais me dépêcher de l’écrire alors ! En fait cette semaine je vais faire un article sur comment se coiffer et continuer à aller chez le coiffeur malgré tout (ce qui était impensable pour moi avant car de toute façon ça ne servait à rien)
      L’article suivant sera sur Androcur, pour celui ci il me faut faire pas mal de recherches et de recueil de témoignages mais avec la polémique actuellement autour de ce médicament je tiens vraiment à le faire !
      Le dernier sera sur l’impact psychologique de cette maladie et le témoignage d’une personne célèbre.
      A bientôt !

  8. Bonjour, j’ai 48 ans, j’ai eu une santé chaotique depuis l’age de mes 11 ans, la premiere fois que j’ai perdu mes cheveux c’était pour une chimio a cet age la. On m’a fait une ablation de l’utérus, trompes et ovaires à 32 ans, cela a été un anéantissement pour moi car début de perte de cheveux mais sans grande inquiétude, le pire arrive depuis 2010, chute importante des cheveux par masse, j’en discute av mon medecin traitant qui surveille uniquement le fer et vitamine D. Seulement il n’y a pas que cela, il y a aussi vitamine b6 et b12 qui sont importante et cela je le découvre que maintenant. J’ai presque plus de cheveux aux tempes, je dégarni comme un homme c’est juste affreux! j’en souffre énormement, je crois meme etre en dépression. J’ai moi aussi vu un dermato a l’hopital st louis centre Sabourau (minoxidil 5% + shampoing pour dermite séborréique etc.) ca n’a rien donné, just ralenti la chute sans plus. je compte moi aussi retourner au centre Sabourau mais cette fois ci rdv avec votre dermato, j’espere qu’elle trouvera une solution car nous sommes bien trop jeune pour subir cela. Bon courage a toutes et merci a vous Chloé pour ce témoignage qui j’espère n’est pas trop tard pour nous autre 🙂

  9. Bonjour,
    j’ai 39 ans et je perd mes cheveux depuis 15 ans et je me suis reconnue dans votre parcours…. j’hésite aussi a prendre l’androcur…
    je me dis que je dois l’accepter mais c’est tellement dur!!!

    1. Bonjour ! Je te comprends et j’espère t’avoir un peu aidé…
      Pour Androcur je vais bientôt faire un article dédié mais c’est disons compliqué…

  10. Pouvons nous communiquer par mail ? Je souffre également de ce mal méconnu par l’équipe médicale et ça me pourri la vie

  11. Bonjour Chloe, j’ai aussi souffert d’alopécie pendant de trop nombreuses années. La chute a démarré très tôt, vers mes 15 ans. Également atteinte d’une dermite seborrheique il aura fallu attendre des années avant que le diagnostic tombe. À mes 20 ans on m’a precrit de l’androcur (qui a complètement bousillé mon corps et mon moral). Il ne se passait pas un jour sans que j’y pense à chaque instant. J’ai probablement essayé tout ce qui était possible et imaginable (médicaments, recettes naturelles, perruques…) tout en culpabilisant de souffrir d’un problème qui n’était « que » esthétique et aussi minimisé par mon entourage. Depuis maintenant une année, bien qu’étant très féminine, j’ai fait le choix de me raser le crâne. Quelle délivrance! Je le vis comme s’il m’avait fallu plus de 10 ans pour franchir toutes les étapes du deuil et arriver enfin à l’acceptation. Sans parler de ma dermite qui a dès lors complètement disparue. Vous le dites très bien dans votre article, l’alopecie chez la femme n’est pourtant pas acceptée comme elle l’est pour l’homme, qui en souffre aussi cela dit puisque l’alopécie est encore présentée comme étant un problème. Effectivement, nous trouvons beau ce qui nous paraît normal, ce que nous avons pour habitude de voir. L’alopécie ne cesse de gagner du terrain, chez les jeunes hommes mais aussi de plus en plus de jeunes femmes sont concernées. Cependant, puisque plus fréquent, nous nous y sommes habitués et l’homme peut maintenant être viril (ou non d’ailleurs libre à chacun) avec ou sans cheveux. Les femmes alopéciques ont aussi le droit de vivre leur féminité (ou non encore une fois), de sentir bien dans leur corps et dans leur tête! Ca a été pour moi un long combat mais je souhaite à chacune de pouvoir un jour parvenir à l’acceptation, peu importe la manière. C’est un sentiment merveilleux que de se sentir (enfin!) en paix avec son corps. Je me permets de terminer sur une citation qui peut paraître un peu clichée mais qui s’est avérée être très juste dans mon parcours: « Tu vaudras aux yeux des autres ce que tu vaudras à tes yeux. »

    1. Bonjour Nancy ! Je suis tellement touchée par votre témoignage et je me retrouve tellement dans vos mots non seulement à travers ce que j’ai vécu personnellement mais aussi à travers les mails que je reçois chaque jour de femmes qui se sentent si désespérées face à ce mal. Ce n’est peut être perçu comme « seulement des cheveux » mais en réalité c’est bien que cela et cela a un impact considérable sur nos vies et surtout psychologiquement (j’ai d’ailleurs prévu d’écrire un article sur ce sujet dont on n’ose pas parler) Je te trouve tellement courageuse de t’être rasée la tête ! Portes tu une perruque ? Comment vis tu depuis cette transformation ? Encore merci à toi pour ton témoignage qui j’espère aideront des femmes à avancer avec cette fichue AAG !

  12. Bonjour Chloé,

    Merci pour cet article, ça fait du bien de savoir qu’on est plusieurs à souffrir de cette fameuse AA. Je n’ai que 21 ans, ça fait 5 ans que ça dure, et moi aussi j’ai tout essayé. Je suis passé par l’étape foutage de gueule au Centre Clauderer qui m’a bien miné le moral, le minoxidil 5%, la levure de bière, et j’en passe. Je suis donc allée voir une endocrinologue qui m’a fait faire des prises de sang et une échographie, et j’ai découvert à 18 ans que je suis atteinte du syndrome des ovaires polykystiques. Pas très rassurant, mais je me suis dit que peut-être j’avais enfin trouvé la source de mes problèmes et qu’il était possible de « guérir ». J’ai suivi un traitement hormonal assez lourd pendant 18 mois (androcur + provames) puis je suis passée à la pilule Diane à laquelle mon corps a très mal réagi. Je fais une pause de traitement pendant 2 mois et je n’ai vraiment pas hâte d’essayer le 3ème… J’avais des cycles plus réguliers, mais énormément de maux de tête, et aucun changement au niveau des cheveux.

    Tout ça pour dire que je suis vraiment désolée pour toutes ces filles et ces femmes qui sont victimes de l’AA. C’est très difficile à accepter, je me retrouve très souvent à relire des messages sur des forums que j’ai déjà lu des mois auparavant! Et je suis outrée par le nombre de produits aux prix exorbitants qui promettent une repousse de cheveux plus épais. Je pense opter pour la solution radicale: adopter le style de Sinead O’Connor.

    Bon courage à vous toutes!!

    1. Bonjour Nathalie !
      Je te remercie de ton témoignage ! Je suis heureuse que ton article t’ai un peu aidé. C’est vrai que cette maladie est une plaie. Mais si elle ne guérit il y a toutefois des solutions pour en sortir et je tiens à en parler pour aider des femmes qui ont vécu ce que je vis moi aussi ! Je te trouve très courageuse de penser te raser le crâne. Personnellement je ne suis pas prête mais j’admire ton courage et ta volonté !
      Je vais prochainement faire un article sur Androcur avec mon expérience personnelle mais aussi des témoignages d’autres femmes…
      Bon courage à toi aussi & à nous toutes !

  13. Bonjour Chloe et bravo pour cet article! serait il possible de me donner le nom de ce dermato que vous recommandez ? merci beaucoup d’avance et bonne journée
    julie

  14. Bonjou, ceci peut vous paraitre bizarre mais j’ai 18 ans et souffre depuis mes 17 d’alopecie androgenetique . Je me sens completement detruite de l’interieur . Je suis dans un stade un peu avancé et vois mes cheveux tomber par centaines chaque jour. Je commence mon traitement bientot et je prie pour qu’il y’ait du changement. C’est un peu difficile a vivre puisque personne ne me comprend vraiment et tout le monde essaie d’attenuer les effets causés par cette maladie. En plus de cela je ne peut partager ça avec personne puisque je ne connais aucune fille de mon age dans la meme situation. La plupart des femmes en sont atteinte a 30 ans alors que malheureusement pour moi ça a ete précoce.

    1. Bonjour Rania ! Rassurez vous je ne trouve pas ça bizarre du tout. Personnellement j’ai commencé à perdre mes cheveux à 20 ans. Ca commence de plus en plus jeune, vous n’êtes pas seule ! Pour vous rassurer un peu j’ai aujourd’hui 35 ans et j’ai encore des cheveux. Il y a de l’espoir tu sais. As tu déjà pensé aux comblements ? La poudre ? Les extensions ? (je ferais un article sur ce sujet prochainement) les toppers, les perruques… Nous avons aujourd’hui de multiples possibilités pour masquer cette maladie qui nous ronge. Après cela comme moi vous n’y penserez plus… Courage !

  15. Bonjour
    Merci pour votre article qui m’aide vraiment à comprendre les choses.
    J’ai 37 ans et depuis toujours je perds énormément de cheveux, au brossage et au lavages .
    Enfant je les avait très long et bouclés plutôt fournis, ils étaient souvent tressés et on me mettait de l’huile pour les embellir . Mais ado j’ai commencé à voir que le devant était clairsemés. Pourtant ils étaient toujours long et volumineux du aux boucles. J’ai eu des épisodes où j’en ai vraiment perdu plus que d’habitude. Les médecins mettaient ça sur le compte d’un manque de fer, les grossesse la contraception,le changement de saison .
    Aucun d’eux ne pensaient que c’étaient irrémédiable. Au contraire on me prescrivait du fer en me disant que ça allait s’arranger .Mon père avait une calvitie très tôt alors à la trentaine je me suis vraiment inquiété et j’ai consulté une dermatologue qui m’as assuré que le seul traitement était le Minoxidril que je n’ai pas voulu testé.
    J’ai fais régulièrement des bilans sanguins et pris des compléments pour limiter les dégâts.
    Le choc a été rude quand j’ai retrouvé une ancienne photo de moi avec 2 fois plus de cheveux qu’actuellement. Mon mari ne voit rien de choquant et pense que je fais trop une fixation.
    J’en prend soin du mieux que je peux mais je tombe maintenant dans un cercle vicieux. Je les attachent pour éviter de les emmêlés et limiter la casse au brossage.
    Mais c’est encore pire ,je ne veux pas sortir de chez moi sans un accessoire.
    Jai vu des videos sur des femmes atteinte d alopecie androgénétique .J’ai fait analyser mes cheveux au centre Futerer sachant d’avance que je ne ferais pas les soins qu’ils me proposent.
    Je suis extrêmement complexée et je subit aussi le regard des gens à qui je cache ça et auprès de qui je dois me justifié.
    Merci en tout cas pour votre article, je m’empresse de lire les autres.

    1. Bonjour Michele,
      Je vous remercie de votre mot. A la lecture de votre témoignage, je pense pas que vous soyez atteinte d’alopécie androgénétique. Après je ne suis pas médecin. La seule façon de vérifier est justement d’en voir un. Cela ne sert malheureusement strictement à rien de faire des bilans dans des centres capillaires. En effet ceux ci sont cosmétiques, ils ne peuvent donc nullement vous dire ce que vous avez. Je vous conseille donc de faire un trichogramme au centre Sabouraud afin de savoir de quelle alopécie vous êtes atteinte, peut être que celle ci est soignable, je l’espère pour vous.
      Enfin sachez qu’il y a des solutions pour camoufler cette perte. En effet vous pouvez faire des extensions (voir mon dernier article) mais aussi opter pour un topper ou encore une perruque.
      Par contre je suis désolée de vous apprendre, vous avez tort les attacher n’arrange pas les cheveux bien au contraire (voir l’explication détaillée dans mon article sur les extensions) donc je vous conseille de les laisser détachés autant que possible…
      Bon courage à vous ! J’espère que mes différents articles répondront à vos questions !

  16. androcur cause des tumeurs cérébrales. Arrêtez vite et allez voir votre médecin pour passer un IRM et non un Scan car moins irradiant. Ils ont découvert ça il y a peu.

    1. Je me permet de nuancer votre propos : « L’acétate de cyprotérone (Androcur) multiplie par sept le risque de méningiome chez des femmes traitées à fortes doses avec ce médicament pendant plus de 6 mois, selon une étude menée par l’Assurance-maladie et le service de neurochirugie de l’hôpital Lariboisière. » En effet beaucoup de personnes pensent tumeurs = cancer hors un méningiome est une tumeur bénigne. De plus cela ne le cause pas mais augmente les risques ce qui est très différent !

      J’ai consulté mon médecin (qui est le seul apte à donner mon avis sur mon cas médical personnel) Je ne peux pas l’arrêter comme cela brutalement car les risques sur ma santé seraient énormes. Ainsi il faut procéder à un sevrage progressif. Dans tous les cas il ne faut jamais arrêter brusquement un traitement sans avis médical.

      Je suis bien au courant de tout cela. C’est la raison pour laquelle je vais prochainement publier un article complet sur Androcur. Je préfère cependant faire des recherches poussées sur le sujet avec de le faire. J’ai également recueilli des témoignages de femmes sous ce médicament en cas d’alopécie androgénétique.

      L’Agence nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) « met en place un numéro vert pour répondre aux interrogations des patients ou de leur entourage » sur le risque de méningiome associé à la prescription prolongée d’Androcur. Il s’agit du 0 805 04 01 10 accessible gratuitement du lundi au vendredi de 9h à 19h.

  17. Bonjour,

    Je suis moi-même en phase de recherche pour des problèmes de chute de cheveux. Ayant été très touchée par les différents témoignages, je voulais signaler la mise en vente récente d’un produit naturel, le Bio5, qui est spécifié contre la chute androgénétique. Je n’en connais pas l’efficacité. Mais c’est une piste à étudier

    1. Bonjour,
      Je ne connais pas ce produit naturel. N’hésitez pas à revenir vers nous si vous constatez son efficacité !
      Cela pourra toujours être utile à d’autres femmes…
      Merci pour votre mot en tout cas !

  18. Bonjour Chloé,

    Bravo pour vos articles et celui-ci surtout.

    Je souffre d’alopécie androgénétique depuis de nombreuses années. Je suis une femme de 48 ans, qui aime la mode, les tendances sans être une Fashion Addict !
    On peut dire que j’ai tout testé et essayé en Compléments Nutritionnels Capillaire, Traitements dermatologique et hormonale, Minoxidil, Diane 35, Androcur…, poudres, implants, extensions, volumateur, perruque, etc…
    Tous les traitements que l’on m’a prescrit et/ou conseillé se sont avérés soit sans résultats soit avec des effets secondaires.
    En quête d’énièmes solutions, il y a deux ans j’ai découvert une professionnelle à Neuilly sur Seine.
    Claudie. L qui m’a beaucoup conseillé et m’a parlé d’ EFFLUVIUM Laboratoire NHco pour le moins étonnant. J’ai suivi la cure d’attaque pendant un mois (2/matin et 2/soir) et j’ai continué ce traitement pendant 3 mois en faisant une pause d’1 mois entre chaque cure sur 1 an. Le résultat ? Mes cheveux sont plus toniques, plus denses et j’ai le sentiment que j’en perds moins. Le top !
    Cette même pro du cheveu m’a guidé, conseillé, accompagné puis formé…! hé oui çà existe des personnes comme cela !
    Je suis arrivée dans son « atelier » pour un entretient d’une heure, mes bras chargés de tous mes précédents achats de perruques, volumateurs… Elle a beaucoup rit 😀
    La confiance s’est établie et le temps me l’a confirmé, ma vie a changé …!
    Au début pour m’éviter des frais, elle s’est proposé de personnaliser et d’adapter les volumes et la coupe de mes 2 volumateurs. Son travail est impressionnant, une artiste (jamais dans les boutiques prothésistes, on m’a fait un tel travail), j’ai pu en porter un sur les deux car le deuxième était beaucoup trop volumineux… Elle ne peut pas faire non plus de miracle 😀
    Mais celui que j’ai pu reporter était beaucoup plus naturel qu’avant.
    Elle m’a beaucoup écouté, comprise, accompagné puis elle m’a donné énormément de conseils sur l’entretient de mes cheveux, l’hygiène de vie (stress…), les fondamentaux de l’hygiène alimentaire, elle m’a proposé toutes les solutions qui s’offraient à moi et ma détresse capillaire.
    Et 4 mois plus tard, je lui ai commandé un nouveau volumateur (clips) sur mesure, incroyablement naturel, à mes mesures, de la même qualité que mes cheveux, très peu de volume, fondu à ma chevelure avec une coupe dynamique et tendance. Le rêve 😀 😆
    En plus de tout ça, elle m’a formé pour entretenir et recoiffer moi-même mon volumateur avec les bons outils et les bons produits, elle ne m’a pas lâché jusqu’à ce que tout devienne plus facile. Dorénavant c’est a elle que je laisse ma tête, mes cheveux 😀

    À ce jour, j’ai repris confiance, je me sens plus séduisante, plus sûre de moi et je suis autonome 😆

    Il y a des solutions et des personnes honnêtes qui peuvent nous aider, j’espère que mon témoignage vous apportera…

    1. Bonjour Cadi,

      Je vous remercie tellement pour ce magnifique témoignage ! Cela redonnera de l’espoir à tant de femmes ! Je reçois des mails tous les jours de femmes qui sont tellement mal à cause de ce mal qui les ronge et oh que je les comprends !
      Je pense que je vais faire un article regroupant ces beaux témoignages de femmes qui s’en sont sorties !
      Pouvez vous m’envoyer par mail le nom et les coordonnées de la praticienne dont vous me parlez ? Cela pourrait m’être utile…

      Je projette de créer une association pour aider les femmes souffrant d’alopécie androgénétique. J’ai annoncé ce projet dans cet article :
      https://chloefashionlifestyle.com/stop-hair-shaming/
      J’aimerais les aider à combattre et à être des femmes accomplies malgré tout un peu comme vous semblez l’être !
      Nous nous ressemblons toutes les deux nous sommes toutes deux féminines aimant la mode et c’est une bonne chose !

      A très bientôt !

Laisser un commentaire

Newsletter
Abonnez vous à la newsletter et ne manquez plus aucun article ni vente presse

  • CONCOURS calendrierdelavent  Je vous offre ce joli lot bienetre
  • CONCOURS calendrierdelavent  Je vous offre ce joli lot de
  • CONCOURS calendrierdelavent  Je vous offre ce lot de soins
  • Nouvelle recette patisserie sur le blog gteaunantais au bon got
  • CONCOURS calendrierdelavent  Je vous offre ce joli lot th
  • CONCOURS calendrierdelavent  Je vous offre ce joli lot de
  • CONCOURS calendrierdelavent  Je vous offre ce joli lot petitdejeuner
  • CONCOURS calendrierdelavent  Je vous offre ce joli lot lieracparis
A Propos

Passionnée de mode j'ai créé en 2010 mon blog mode Chloe Handbag Addict. Au fil des années et de mes découvertes, j'ai eu envie de vous faire découvrir tout mon univers et donc naturellement également mes autres passions : la beauté, les voyages, la cuisine, le sport et bien sur toujours plus de bons plans...

Pour aller plus loin