Perte de cheveux chez la femme : Lorsqu’on est atteint d’Alopécie androgénétique ! Episode 3

Je dois bien avouer que bien que cet article me tenait particulièrement à coeur, je redoutais également de l’écrire. En effet il me touche personnellement et cela est devenu en presque 10 ans mon complexe.

Je vous ai déjà évoqué le sujet de la perte de cheveux chez la femme à travers deux articles vous montrant d’une part les causes de ce phénomène et d’autre part les solutions adaptées aux pertes légères et saisonnières.

Aujourd’hui je vais vous exposer en détail ce mal dont je souffre. Il s’agit de l’alopécie androgénétique. Contrairement à ce que l’on pourrait penser cette maladie touche aussi bien les hommes que les femmes. Elle n’est cependant pas perçue de la même manière chez les deux sexes. Si une calvitie n’a rien de choquant chez un homme, cela est très différent pour les femmes… Il y a donc un coté psychologique important à prendre en compte au delà de l’aspect esthétique… (j’y reviendrais dans un autre article)

Si je me suis enfin décidée à écrire cet article c’est pour deux raisons :

Mon expérience progressive de la perte de cheveux dés la vingtaine !

Selon les idées reçues les personnes touchées par la chute de cheveux sont d’une part les hommes et généralement lorsqu’ils atteignent un certain âge (bien qu’il y ai de plus en plus d’exceptions concernant ce deuxième critère)

Il se trouve cependant que j’ai été atteinte d’une importante perte de cheveux en étant une femme et ce dés la vingtaine. Cela m’a pour le moins surprise et je ne m’y attendait vraiment pas. Cela a d’ailleurs déterminé mon parcours hasardeux pour me guérir.

En effet lorsqu’on a la vingtaine, qu’on est une femme et que l’on perd ses cheveux, on ne sait pas vraiment quoi faire. Cependant personne ne se montre alarmant autour de nous minimisant le problème. On nous invite même à faire des cures de levures de bière et que le problème disparaitra comme il est venu…

Cette peut s’avérer adéquat si on souffre uniquement d’une chute de cheveux saisonnière mais pas lorsqu’on a déjà perdu les 3/4 de sa chevelure ce qui était malheureusement mon cas… Voici donc mon parcours résumé en quelques points :

Mon parcours dans ma recherche de solution à ma perte de cheveux ! 

  1. J’ai testé tous les traitement possibles et inimaginables disponibles en pharmacie de la levure de bière au placenta végétal en passant par la Cystine B6 ou le Forcapil et même l’huile de ricin. Tout cela ne vous dit rien ? Il s’agit pour la plupart simplement de compléments alimentaires majoritairement composés de vitamines aidant à la repousse des cheveux :
    • Cela a été totalement inefficace sur moi !
    • J’ai aussi essayé le Minoxidil 5% et si les résultats furent minimes, mes cheveux étaient devenus gras en permanence ce qui me dégoutait. 
    • J’ai commencé à dépenser pas mal d’argent mais ce n’était encore rien…
    • Ces solutions peuvent cependant être efficaces pour une chute saisonnière
  2. Je me suis alors rendue au Centre Clauderer à Paris et ce fût véritablement la pire expérience que j’ai vécu ayant rapport avec cette chute de cheveux :
    • Ils ont effectué un « diagnostic » de mes cheveux mais ce n’est pas du tout un médecin qui la pratique autrement dit ce n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux soit disant scientifique. Ils sauront juste vous dire que vous avez subit une perte de cheveux et que vos cheveux sont très fins (je le savais déjà)
    • Ils m’ont prescrit un traitement de longue durée à effectuer chez soi sur une période de 3 mois coutant la somme folle de 600€ environ !
    • Le traitement prescrit se constituait uniquement d’un masque à faire poser ainsi que de shampoings et crèmes. Le masque était épais, sentait mauvais et tachait les vêtements. Tandis que les crèmes étaient des soins basiques…
    • Après 3 mois d’efforts d’application consciencieuse des produits je n’ai eu aucun effet, pas le moindre. Leur seule réponse ? Il faudrait peut être recommencer encore 3 mois ! Pardon ? Encore dépenser 600€ pour aucun effet visible ? Non merci. J’ai été dégoutée et dépitée de cette expérience. 
    • Ils indiquent pourtant sur leur site pouvoir traiter l’alopécie androgénétique
  3. Cela faisait déjà plusieurs années que j’essayais toutes sortes de « traitement » dont beaucoup à base poudre de perlimpinpin autant dire totalement inutiles… 

Mon alopécie androgénétique et mon parcours chez les médecins !

  1. Je décida donc d’aller voir un dermatologue. Si j’avais su j’y serais allée bien plus tôt.
    • Si vous êtes de Paris je tiens d’ailleurs à vous recommander le Docteur Isabelle Moraillon qui est on ne peux plus compétente dans sa spécialité. 
    • Ce fût la première personne à soupçonner l’alopécie androgénétique
    • Elle m’invita à aller faire un trichogramme à l’hôpital Saint Louis au Centre Sabouraud qui est le seul centre médical spécialisé dans la perte de cheveux en France. J’ai mis environ un an à obtenir un rendez vous.
  2. A l’approche de mon rendez vous à ce centre je pensais enfin en avoir fini avec cette perte de cheveux si douloureuse à vivre mais ce n’était que le début d’une histoire :
    • J’ai patienté longtemps le jour J (environ 2h en salle d’attente)
    • On m’a alors effectué un trichogramme qui est un examen poussé du cuir chevelu pour déterminer l’origine de votre perte de cheveux
    • Le résultat était sans appel j’étais bien atteinte d’alopécie androgénétique
    • Mon second entretien avec le médecin ne fût guère enthousiasmant. Elle me répéta que dans mon cas il n’y avait aucun doute possible, il s’agissait bien de l’alopécie androgénétique. 
    • Je lui ai alors demandé quel traitement il fallait que je prenne pour récupérer (enfin) mes cheveux. Elle m’a répondu sans aucune empathie que j’allais perdre tous mes cheveux et qu’il n’y avait pas grand chose à faire… 
    • Autant vous dire que j’ai été alors effondré m’imaginant chauve à la trentaine
  3. Seulement un petit espoir est né… Mes résultats avaient été transmis automatiquement à ma chère dermatologue… (c’est toujours le cas lorsqu’un docteur vous recommande à un spécialiste ou demande des examens) 
    • Je me rappelle quand mon téléphone sonna et que je vis le nom de ma dermatologue s’afficher je n’ai même pas eu le courage de décrocher
    • Celle ci m’a cependant laissé un long message m’indiquant qu’il y avait un médicament permettant de ralentir la chute et de regagner environ 15% de ma masse perdue. Il s’agissait d’Androcur.

Vivre avec l’alopécie androgénétique au quotidien !

Je vous évoquerais mon traitement avec ce médicament lors d’un prochain article car je me rends compte que j’ai déjà écrit énormément aujourd’hui. Qui plus est ce médicament mérite bien un article à lui tout seul car il suscite bien la polémique. Il a également changé ma vie à travers des points positifs mais aussi négatifs…

J’évoquerais aussi tout l’impact psychologique qu’a pu provoquer cette perte de cheveux. Ce ne fût pas anodin bien que cela soit minimisé par l’entourage. Si j’ai fait cette série d’articles détaillés c’est parce que j’aurais aimé il y a des années trouver ce genre d’articles sur la toile. Cela m’aurait beaucoup aidé dans mon parcours. Ma perte aurait été moins lourde aujourd’hui. Ainsi si je peux aider une jeune femme souffrant des mêmes maux j’en serais vraiment heureuse car je sais à quel point cela est difficile à vivre…

Chloe

Fondatrice

Cette photo a marqué le début de ma passion pour la mode. C'est le jour où j'ai compris que la mode pouvait réellement changer beaucoup de choses... Des années plus tard, j'ai créé mon premier blog mode puis ce webzine mode & lifestyle.

6 Commentaires
  1. Bonjour Chloé, bravo pour votre article, comme vous le dite à la fin de celui-ci vous espèrez pouvoir aider certaines femmes dans le même cas, je voulais savoir si nous pouvions rentrer en contact afin d’en discuter ? ( je suis également concernée par le problème) merci

  2. Merci Chloé pour cet article très complet qui reflète parfaitement le parcours finalement similaire de nombreuses femmes souffrant de ce mal. C’est un sentiment de solitude et de souffrance psychologique qui parfois vous assomme. Je perds mes cheveux depuis 20 ans et j’en ai 44. 20 ans que j’en souffre. J’ai perdu ma jolie chevelure bouclée, enviée de tous. Aujourd’hui j’ai une chevelure très amincie, un peu « filasse ». Après un parcours identique (et je passe les meilleurs moments de ce feuilleton dans lequel le personnage principal se trouve dans un espèce de désespoir sans fond, prêt à tout essayer pour comprendre et enrayer le mécanisme), je ne lutte plus. Je me contente désormais de quelques compléments alimentaires pour nourrir les cheveux fins qui repoussent et de prendre soi de moi autrement. Oui, j’ai des gros moments de désespoir. Oui, une part de mon identité et de ma féminité s’ en est allée. Oui, il y a un deuil à faire ainsi qu’un travail d’acceptation de soi. La difficulté est que l’image de soi ne cessera jamais d’evoluer et que cela demande constamment un effort d’adaptation, du courage, de l’humilité. Mais chaque être change et changera. Rien ne dure et pour personne. Et la chevelure ne fait pas tout ! Et il existe de nombreuses façons de se mettre en valeur et de conserver sa féminité : prendre soin de soin, se faire plaisir, un joli maquillage, des boucles d’oreille sympa, un top canon, une vernis tendance, des escarpins plutôt sexy, mais le plus important : garder son sourire et sa joie de vivre. Continuer de s’aimer et d’affirmer sa personnalité. C’est, je crois, ce que vous faites parfaitement Chloé. Nous ne nous résumons pas à une chevelure mais à ce que nous dégageons. Et j’aime votre blog, la générosité et sincérité de votre partage. Alors maintenant, dès que j’ai le spleen, hop, hop ! je repense à votre parcours et me sens moins seule. Ça me donne du courage. Merci pour votre démarche Chloé.

    1. Bonjour Aube,

      Je suis sincèrement très touchée de votre message. Au fil du temps vous êtes de plus en plus nombreuses à m’écrire en commentaires et surtout par mail à la suite de cet article. Cela me conforte dans l’idée que j’ai bien fait de l’écrire. Si je l’ai fait c’est parce que j’aurais aimé le trouver il y 9 ans lorsque j’ai subitement perdu mes cheveux mais il y avait malheureusement peu d’informations sur le sujet en ligne à l’époque surtout pour les femmes…
      Je comprends votre malaise car je l’ai ressenti moi aussi et c’est toujours le cas. Cela aide de savoir que nous ne sommes pas seules à vivre cela.
      Votre façon de voir les choses est très positive et je vous encourage à répandre cette bonne parole si je puis dire à d’autres femmes qui souffrent aussi de ce mal méconnu si vous en croisez vous aussi.
      J’ai pri la parole sur mon site bien que cela soit un peu en dehors des sujets que j’aborde habituellement parce que j’estimais qu’il était important que quelqu’un le fasse. Je vais donc continuer ma série d’articles en vous racontant ma propre expérience et comment je surmonte tout cela avec vos encouragements qui me vont droit au coeur !
      Encore merci à vous ! Je vous souhaite une belle journée !

  3. Bonjour et merci pour cet article que je cherchais depuis longtemps. Je souffre d’alopécie androgénique depuis 5 ans maintenant et je n’ai toujours pas fait le deuil de ma belle chevelure d’avant. Je n’accepte pas, je ne comprends pas pourquoi cela m’arrive. Je me replie sur moi même, refusant de cotoyer mes amis car je me sens diminuée. J’ai honte, j’ai l’impression que tout le monde ne voit plus que çà. Je souffre, je souffre énormément et mon parcours médical ne me rassure pas. J’ai vu plusieurs professionnels, clairement tout le monde s’en fout et aucun ne me donne de solution. On me demande d’accepter simplement. Mais je n’y arrive pas…

    1. Bonjour à merci à toi pour ce message ! Vous êtes de plus en plus nombreuses à m’écrire suite à mon article que ce soit ici en commentaires ou par mail pour celles qui n’osent pas s’exprimer publiquement (ce que je comprends parfaitement)
      Ce problème touche de plus en plus de jeunes femmes et nous devons nous faire entendre et surtout signifier à notre entourage que non ce n’est pas rien (moi aussi j’y ai eu droit) et que cela touche à notre féminité à part entière ainsi qu’à la confiance en soi en ricochet.
      Je vous rassure il y a des solutions ! Je suis d’ailleurs en train d’en tester une (amovible) & j’ai hâte de revenir vers vous pour vous donner le résultat ! Merci encore pour vos mots qui me touchent sincèrement !

Laisser un commentaire

Newsletter
Abonnez vous à la newsletter et ne manquez plus aucun article ni vente presse

  • Bon 14juillet  tous ! Happy BastilleDay to my friends
  • CONCOURS  reglesdouloureuses ? liviafrance vous apporte enfin la solution
  • Chez pancakesisters il ny a pas que des pancakes mais
  • concours  Gagnez une epilateur lumierepulsee smoothskin Valeur du lot
  • Avez vous vu la dernire recette sur le blog ?
  • Quelle heure est il ? Celle de soffrir une belle
  • CONCOURS  marclevy vient de sortir son nouveau livre UneFilleCommeElle
  • Il fait super chaud  cest le moment idal de
A Propos

Passionnée de mode j'ai créé en 2010 mon blog mode Chloe Handbag Addict. Au fil des années et de mes découvertes, j'ai eu envie de vous faire découvrir tout mon univers et donc naturellement également mes autres passions : la beauté, les voyages, la cuisine, le sport et bien sur toujours plus de bons plans...

Pour aller plus loin